A Silent Voice – tome 1

asv1

  • Auteur: Yoshitoki OIMA
  • Broché: 190 pages
  • Éditeur : Ki-oon (22 Janvier 2015)
  • Acheter le livre sur le site Place des Libraires

Résumé:

« Shoko Nishimiya est sourde depuis la naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle fait de son mieux pour dépasser ce handicap, mais malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible… »

Mon avis :

On entre en trombe dans l’univers de Yoshitoki OIMA. Le premier tome sert à placer l’histoire : à l’école primaire, Shoya est un jeune garçon qui fait des bêtises pour ne pas s’ennuyer. Le jour où Shoko, jeune fille sourde, débarque dans sa classe, elle devient son souffre douleur. Toute la classe s’amuse des sales tours de Shoya aux dépens de Shoko, même les professeurs… Mais arrive la brimade de trop. Les camarades de Shoya se retournent contre lui en l’accusant de tout, et c’est à son tour qu’il devient le souffre-douleur de la classe.

Le manga s’ouvre sur une scène improbable : cinq années plus tard Shoya, qui est devenu un ado, va rendre visite à Shoko dans sa nouvelle école. Dans quel but ?

Ce manga décrit un phénomène relativement courant au Japon : l’Ijime, qui est le fait de faire subir des brimades régulières à un de ses camarades. Ce sujet n’est pas facile, encore moins quand l’enfant brimé est sourd.

Sur ce thème sensible, l’auteur Yoshitoki OIMA, s’en sort très très bien. Son trait laisse transparaître toute une palette d’émotions assez complexes et nous lecteurs sommes pris dans cette histoire contée. On n’arrive pas à détester Shoya l’inconscient, et la jeune Shoko reste pour le moment assez lointaine. Mais on sent qu’il y a beaucoup à découvrir sous sa carapace.

Dans le tome 1, un monde sépare le jeune garçon du reste de ses camarades, il est complètement ballotté par les évènements. Lui qui voulait faire l’intéressant auprès de ses copains, ne comprend plus ce qui se passe.

Un petit point sur la suite…

On voit où l’auteur va nous mener, mais les chemins qu’il prend sont plein de surprises. Les sentiments de chaque personnage vont évoluer de tomes en tomes, et après le tome 4 avalé je n’ai qu’une envie : avoir la suite ! Mine de rien, on s’attache au personnage complexe qu’est Shoya, et on se doute que Shoko n’est pas que sourire et pardon. C’est plus profond que ça, j’ai hâte de voir comment ils vont tous se débrouiller pour s’en sortir.

A dévorer, pour moyens et grands rêveurs 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s